théâtre musical

Estelle Lesage | Comédienne & Metteur en scène

 

Estelle Lesage a été formée à l’Université de Paris X, en Maîtrise d’Arts du Spectacle.

 

En tant que comédienne elle a travaillé avec Karima El Karraze Frédéric Fachena, Richard Sammut, Nicolas Fleury, Jean- Pierre Vincent, Bernard Sobel et avec l’Emballage Théâtre. Elle a été assistante à la mise en scène d’Eric Da Silva et de Delphine Eliet et Catherine Boskowitz. En 1998, elle participe à la création de la Cie T.O.C avec Mirabelle Rousseau, et y travaille depuis en jeu, en dramaturgie et organisation. Avec le T.O.C., elle a joué dans Marie Immaculée, Le Précepteur, L’Auto-TOC, Turandot ou Le Congrès des blanchisseurs, Robert Guiscard, La Composition comme explication, Je voudrais être légère, Mémoires d’un névropathe, Le Cut- up, Ecrits Bruts, Electrolution Revonique 23, Entrée Libre, L’Exception et la Règle - Le Masque de la Mort Rouge. En 2015 elle met en scène Chanteuse à cheval dans la forêt. 

 

×
Estelle Lesage | Comédienne & Metteur en scène

Estelle Lesage | Comédienne & Metteur en scène

Eva Gruber | Mezzo-Soprano

 

Eva Gruber commence par faire du théâtre avant de se tourner vers le chant lyrique. Sa voix de mezzo lui permet d’aborder rapidement sur scène un large répertoire ; Troisième dame dans La Flûte enchantée de Mozart, Olga dans Eugène Oneguine de Tchaikovski, Suzuki dans Madame Butterfly de Puccini, Geneviève dans Pelleas et Mélisande de Debussy, ainsi que le rôle de Carmen qu’elle chante à plusieurs reprises. Son talent de comédienne et ses incarnations singulières et fortes lui permettent de passer avec bonheur de la musique contemporaine (Amphithéâtre de l’Opéra Bastille, festival Musica de Strasbourg) à l’opéra comique et l’opérette avec des rôles comme celui de la Comtesse dans Ta Bouche de Maurice Yvain (Théâtre de la Madeleine avec la Cie Les Brigands), ou la comédie musicale avec le rôle de May dans Fifty million frenchmen de Cole Porter (Opéra de Rouen, Grand théâtre de Provence). Elle se produit à de nombreuses reprises à la Péniche Opéra où elle créé entre autres des œuvres écrites pour elle par André Serre-Milan, Vincent Bouchot, Nicolas Ducloux, Denis Chouillet, et Bruno Gillet.

 

Elle est la créatrice d’un spectacle de cabaret allemand des années 30 : Kabaret Récitakle mis en scène par Vincent Vittoz, et l’interprète d’un spectacle de comptines et berceuses juives du monde entier : Comptines du Jardin d’Eden créé au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme et repris notamment à l’Opéra de Bordeaux.

 

En 2014 elle créé Premier Balcon, compagnie de théâtre musical.
Le premier spectacle de la compagnie: "On avait dit pas la famille" dont elle est l'auteur et l'interprète est créé au printemps 2015 au théâtre du Lucernaire, et repris à l'automne 2015 avec l'aide de la Drac Ile-de-France et d'Arcadi sous le titre de "Chanteuse à cheval dans la forêt".

×
Eva Gruber  |  Mezzo-Soprano

Eva Gruber | Mezzo-Soprano

Pablo Schatzman | Violoniste

 

Né à Lyon, Pablo Schatzman a étudié avec Tibor Varga en Suisse puis aux États-Unis à la Manhattan School of Music avec Pinchas Zukerman. Il a également suivi les cycles de perfectionnement de violon et de musique de chambre au CNSM de Lyon.

 

Musicien curieux et exigeant, ses qualités reconnues de chambriste l'ont conduit ces dernières années à se produire dans des salles prestigieuses telle que la Cité de la musique, le Théâtre du Châtelet, l'Opéra Comique, le Concertgebow d'Amsterdam, le musée d'Orsay, l'Auditorium de Lyon et celui de Dijon, l'Opéra de Lille, le Grand Théâtre de Bordeaux.

 

Il est également l'invité de nombreux festivals comme le festival Musica Nigella, les Folles Journées à Nantes et au Japon, le Festival de Villelongue dels Monts, le Festival de Musique de Chambre du Larzac, le Festival Messiaen, Brunnen Musikfest en Suisse, Khumo en Finlande, Nomus en Serbie, Feldkirch en Autriche, Grachtenfestival à Amsterdam. Il a joué en musique de chambre avec des artistes tels que Pinchas Zukerman, Anna Chumachenko, Pierre-Laurent Aimard, Joseph Silverstein et comme soliste sous la direction de Peter Csaba, Benjamin Levy, Ludovic Morlot. 

 

Pablo Schatzman est lauréat du prix de l’Académie Maurice Ravel, de la Fondation Hewlett-Packard, de la Bourse Lavoisier du Ministère des Affaires étrangères et du Concours International de Quatuor à Cordes de Bordeaux avec le Quatuor Raphaël.

 

En 2013 il a fondé le Trio Leos en compagnie de Jean-Michel Dayez et Guillaume Lafeuille. Enfin Pablo Schatzman est violon-solo de l'Orchestre de Chambre Pelléas et de l'ensemble Musica Nigella.

×
Pablo Schatzman | Violoniste

Pablo Schatzman | Violoniste

Bruno Helstroffer | Théorbiste & Guitariste

 

Artiste pluridisciplinaire, Bruno Helstroffer est à la croisée des courants historiques musicaux
Afin de mieux comprendre l'origine de ce métissage particulier, voici un petit laïus synthétique sur son parcours de musicien. Après des études de guitare classique au conservatoire national de Strasbourg, Bruno Helstroffer pratiques les guitares électriques et les musiques actuelles.
Autodidacte du théorbe et des musiques anciennes, il est sollicité en qualité de continuiste, tant par les orchestres baroques (Le Concert Spirituel, Le Poème Harmonique, ...) que par les formations de chambre ( Faenza, Les Musiciens de St Julien, Barcarole, La Chapelle Rhénane, Witches...).

Depuis 10 ans il s’engage dans la création de spectacle vivant et notamment dans le monde de la marionnette, comme dans celui de la danse contemporaine. La dernière création dédiée à l’improvisation sera présentée à l’automne 2011 à Poznan, avec la chorégraphe de la scène alternative polonaise : Malgorzata Haduch.
Mêlant improvisation contemporaine, pièce de répertoire et poèmes, son solo de théorbe original intitulé ''La Chambre'' a été apprécié en France (par exemple au festival de Saintes), comme à l’étranger ( Pologne, Allemagne, Danemark..).
La fusion des langages qu'il aborde devient une identité musicale originale qui le conduit régulièrement à se produire avec des jazzmen (Michel Godard, David Chevalier, Joël Grare...) ou des artistes pop ( Sapho, Moriarty ).

A la frontière des styles musicaux, il marque ainsi sa volonté de marier habilement ses multiples expériences et propose une communication entre genres et artistes d’horizons différents.

×
Bruno Helstroffer | Théorbiste & Guitariste

Bruno Helstroffer | Théorbiste & Guitariste

Aurélia Legay | Soprano

 

Après des études de Danse classique au conservatoire Marius Petitpas et d’Art Dramatique dans la classe de Francis Huster au Cours Florent, Aurélia Legay intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, dont elle sort avec un premier Prix.

 

Elle aborde à la scène différents rôles du répertoire comme « Madame Butterfly » , Fiordiligi dans « Cosi fan tutte », Antonia dans « les Contes d’Hoffmann », « Mireille» de Gounod , Mimi dans « La Bohème », « la belle Hélène », « la grande Duchesse de Gérolstein » d’Offenbach… mais aussi le style baroque avec « Thésée » de Lully, « l’Orfeo » de Monteverdi, « Hyppolyte et Aricie » et « Platée » de Rameau… mis en scène par Ivan Alexandre, Laurent Pelly, Mireille Larroche, Jean-Louis Martinotti, Pierre Audi, Benjamin Lazar, Giorgio Barberio Corsetti….sous la direction de chefs d’orchestre renommés comme Marc Minkowski, Jean Claude Malgoire, Fayçal Karoui, Jean-Claude Casadessus, William Christie, Emmanuelle Haïm….

 

La rencontre avec ces chefs l’a notamment conduite à chanter dans des maisons prestigieuses comme le Théâtre du Châtelet, l’Opéra du Rhin, l’Opéra de Lille, l’Opéra de Toulon, le Théâtre des Champs Elysées, l’Opéra Comique, le Théâtre du Capitole de Toulouse, l’Opéra de Paris…

 

Pour Deutche Grammophon, elle enregistre, sous la direction de Marc Minkowski, la cantate Herminie de Berlioz, avec le Malher Chamber Orchestra.

×
Aurélia Legay | Soprano

Aurélia Legay | Soprano

Paul-Alexandre Dubois | Baryton

 

Paul-Alexandre Dubois étudie avec Camille Maurane, entre à la Maîtrise Nationale de Versailles, au Studio Versailles Opéra, puis au Conservatoire de Paris (CNSMDP) dans la classe d’interprétation de musique baroque de William Christie et celle de chant de Robert Dumé, dans laquelle il obtient le diplôme et le prix.

 

Il est un membre fondateur du Chœur de chambre Accentus et d’Axe 21, pour lesquels il a assuré la préparation d’œuvres de Luciano Berio, György Kurtág et Heinz Holliger et la direction artistique d’œuvres de Sylvano Bussotti et John Cage.

En concert, il a interprété le rôle de Nekrotzar des Scènes et Interludes du Grand Macabre de Ligeti à la Cité de la musique avec l’Ensemble intercontemporain, a créé le rôle du Maharam du Maharam de Rothenburg de Serge Kaufmann à la Maison de la Radio, a chanté avec l’Orchestre de Palerme Ecuatorial de Edgar Varèse et, en 2002, le Nunc Dimittis de Jonathan Harvey avec l’Ensemble intercontemporain. En 2004, il est invité par ce dernier pour Aventures et Nouvelles Aventures de Ligeti à la Cité de la musique. En 2006, il crée la partie de baryton solo de On Iron de Philippe Manoury.

 

Sur scène, il incarne entre autres Bosun (Billy Budd de Britten) au Théâtre de la Fenice de Venise, Ramiro (L’Heure espagnole de Ravel), le Chat et l’Horloge (L’Enfant et les sortilèges de Ravel), Blaze (The Lighthouse de Peter Maxwell Davies), Pantalon (L’Amour des trois oranges de Serge Prokofiev), Le Métayer (le Roi Pausole. D’A.Honegger) à l’opéra Comique.Il a créé le rôle de Hans-Karl (Carillon d’Aldo Clementi) au Théâtre de la Scala de Milan, celui du Premier Baryton Blanc (Ubu de Vincent Bouchot) à l’Opéra-Comique et celui de l’Aide du roi (Perelà de Pascal Dusapin) à l’Opéra Bastille.

×
Paul-Alexandre Dubois | Baryton

Paul-Alexandre Dubois | Baryton

Nicolas Déflache | Créateur son

 

Créateur son, Nicolas Déflache intervient au théatre, à la radio et en concert.

Il rencontre musiciens et performeurs, comme la chanteuse de p’ansori Min Hye-sung, le guitariste éclectique Philippe Gillet, les flûtes andines et d’Europe centrale de Leonardo Garcia et beaucoup d'autres artistes, parfois nettement plus connus mais moins remarquables.

Au théatre, Nicolas Déflache aime créer des sons sur des textes poétiques comme Qui Vive de Christophe Manon, magnifiquement joué en 2012 par le comédien Jean-Marc Bourg. Il excelle dans la mise en oeuvre d'installations techniques complexes comme, en musique contemporaine, celle du vidéo-concert Chûte(s) (en tournée de 2009 à 2013 à Munich, Lyon, Moscou... avec l'ensemble allemand MusikFabrik). Il apprécie la franchise et l'émotion du jeu des 3 comédiennes de Braises, et, par la création sonore, guide avec le metteur en scène Philippe Boronad leur cheminement dans le texte (en tournée dans toute la France en 2015-2017).

Avec Christine Dormoy et la Compagnie le Grain (Compagnie Nationale de Théatre Lyrique), il élabore le dispositif sonore de l'opéra de chambre Viaje (du compositeur Javier Maldonado, avec sons électroniques et vidéo) qui est créé en 2014 au Festival de Guanajuato (Mexique), puis du spectacle TransFabbrica, au cours duquel on peut entendre Fabbrica Illuminata de Luigi Nono et le Poème Symphonique pour 100 Métronomes de Ligeti.

 

Sa rencontre avec Eva Gruber et Estelle Lesage est l'aboutissement naturel et fructueux d'un parcours où se croisent la voix, le théâtre et la technologie.

Formé comme musicien-ingénieur du son au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, son approche harmonise art et technique.

Entre 2003 et 2007, il est responsable studio du CIRM, Centre National de Création Musicale, puis poursuit son parcours de réalisateur informatique musicale et ingénieur du son pour la création contemporaine: « je construis des outils de traitement et de spatialisation, qui s’adaptent parfaitement aux besoins des compositeurs », explique-t’il.
Interprète de musique électroacoustique, il joue régulièrement les oeuvres du répertoire contemporain dans les auditoriums et festivals musicaux européens.

 

×
Nicolas Déflache | Créateur son

Nicolas Déflache | Créateur son

Salomé Haller | Soprano

 

Alors qu’elle poursuit ses études successivement avec Rachel Yakar, Peggy Bouveret et Margreet Honig, Salomé Haller se fait une place reconnue sur la scène baroque, invitée par de nombreux ensembles comme le Parlement de Musique, Concerto Köln, les Talens Lyriques, Le Concert Spirituel, I Barocchisti ou Akademie für Alte Musik Berlin, ce qui l’amène à participer dès 1995 à de nombreux enregistrements et concerts aussi bien en France qu’à l’étranger.

 

C’est René Jacobs qui lui ouvre les portes du Staatsoper de Berlin où elle chante dans Solimano de Hasse en 1999, Griselda de Scarlatti et Crœsus de Keiser en 2000. Jean-Claude Malgoire lui confie les rôles de Donna Elvira en 2001 et de Mistress Ford (Falstaff de Salieri) en 2002, au sein de l’Atelier Lyrique de Tourcoing. Dans les années suivantes, elle se produit à l’Opéra de Nice (Rosmira Fedele de Vivaldi), de Lausanne (Roland de Lully), de Rennes (Agrippina), de Rouen (Véronique), au Châtelet (Le Luthier de Venise de Dazzi) ainsi qu’au Théâtre des Champs-Élysées. En 2005, elle fait ses débuts à la Monnaie comme Erste Dame de la Flûte Enchantée, cette production étant reprise ensuite à New York. Puis viennent les débuts à l’Opéra de Paris en 2006 dans le rôle de Diane (Iphigénie en Tauride) avec Marc Minkowski. Elle incarne ensuite Médée (Thésée de Lully) sous la direction d’Emmanuelle Haïm à l’Opéra de Lille et aborde Wagner avec Les Fées au Théâtre du Châtelet, puis chante les rôles d’Annio (La Clémence de Titus) à Tours, La Folie (Platée) à l’Opéra du Rhin, Dorothée (Cendrillon de Massenet) à l’Opéra-Comique et à Vienne, Bellangère (Ariane et Barbe Bleue) au Liceu de Barcelone, Diane (Iphigénie en Tauride, Iphigénie en Aulide) à l’Opéra d’Amsterdam.

 

Toujours curieuse de rencontres et de répertoire, Salomé Haller se produit beaucoup en concert. Elle a ainsi collaboré avec John Nelson, Peter Oetvös, Armin Jordan, Christoph Eschenbach, Pierre Boulez et l’Ensemble Inter-contemporain, dans des œuvres aussi variées que l’Isola Disabitata de Haydn, les Poèmes pour Mi de Messiaen, les Nuits d’Été de Berlioz, le Pierrot Lunaire de Schoenberg ; mais également en musique de chambre avec les Quatuors Ysaÿe, Diotima et Manfred. Cependant son partenaire privilégié au récital est Nicolas Krüger, avec qui elle a enregistré un disque de Lieder, « Das irdische Leben », récompensé d’un diapason découverte.

 

Tout récemment, elle interprète Oenone (Hippolyte et Aricie) à l’Opéra National de Paris et Flora (La Traviata) à la Monnaie. Parmi ses projets : la Voix de la tombe (Les Contes d’Hoffmann) au Liceu, la Femme du Garde-Chasse et le Hibou (La Petite Renarde Rusée) à l’Opéra de Lille, ainsi que de nombreux concerts.

×
Salomé Haller |  Soprano

Salomé Haller | Soprano

Maïlys de Villoutreys | Soprano

 

Après quelques années de violon, Maïlys de Villoutreys intègre à 9 ans la Maîtrise de Bretagne, et découvre ainsi le chant avec Jean-Michel Noël, participant à de nombreux concerts, enregistrements et tournées.

Tout en poursuivant des études d'Italien à l'Université, elle est l'élève de Martine Surais au Conservatoire de Rennes, puis se perfectionne avec Isabelle Guillaud et Alain Buet au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, où elle obtient brillamment son Master en 2011.

 

Maïlys de Villoutreys découvre la scène dès son plus jeune âge en interprétant des rôles d'enfants à l'Opéra de Rennes (Sophie dans Let's make an opera de Britten, Yniold dans Pelléas et Mélisande de Debussy). Plus tard, elle est Miss Ellen dans Lakmé à l'Opéra de Rouen, Aspasia dans La Pietra del Paragone  (Rossini) au Teatro Regio de Parma, et incarne plusieurs rôles mozartiens : Barberina, puis Pamina au CNSMDP, la Reine de la Nuit (dir. N. Krüger), et plus récemment Melia dans Apollon et Hyacinthe, à la Cité de la Musique à Paris. A l'Opéra Royal de Versailles, elle chante Amour (Orphée et Eurydice, Gluck) dirigée par G. Grazioli, et Clarine (Platée, Rameau) sous la baguette de J-C Malgoire.

 

Passionnée par la musique de chambre, elle chante le lied et la mélodie avec le pianiste Ivan Couëffé, et forme avec la harpiste Delphine Benhamou le duo Asturiana.

Son goût prononcé pour le répertoire baroque l'amène à se produire avec de nombreux ensembles : on peut ainsi l’entendre régulièrement avec les Folies Françoises, mais aussi avec Amarillis, Pygmalion, le Ricercar Consort, les Musiciens du Paradis, l’ensemble Desmarest, la Simphonie du Marais… En 2012, elle enregistre la cantate Clytemnestre de Cherubini avec la Kölner Akademie (dir. Michael Willens) sous le label CPO.

×
Maïlys de Villoutreys | Soprano

Maïlys de Villoutreys | Soprano

Christophe Crapez | Ténor

 

Le ténor Christope Crapez commence par étudier le violon avant de se tourner vers le chant lyrique. Il étudie avec René Bianco puis intègre la classe de Mady Mesplé au CNR de St-Maur-des-Fossés, où il obtient une Médaille d'or et un premier prix de perfectionnement à l'unanimité.

 

Animé par un insatiable appétit musical et une grande curiosité, il aborde une grande diversité d’ouvrages : pas moins d’une centaine de prises de rôles depuis ses débuts en 1996. Parmi ces très nombreuses productions, citons Desportes dans Die Soldaten de Gurlitt et Curley dans Of Mice and Men de Floyd à l’opéra de Nantes, Guillot dans Manon de Massenet à l’opéra d’Avignon, Azor dans Zémir et Azor de Grétry à l’opéra royal de Wallonie et à l’opéra de Lübeck, Ragonde dans Les Amours de Ragonde de Mouret à l’opéra royal de Versailles.

 

Interprète privilégié d’Offenbach, dont il a abordé plus d’une vingtaine d’ouvrages, il est notamment le docteur Ox dans la production éponyme de la compagnie Les Brigands. Avec cette même compagnie, il crée également un mémorable Falsacappa dans Les Brigands.

 

Passionné par la musique du XXe siècle, il crée en France l’intégrale des Canticles de Britten, et interprète des œuvres comme Le Journal d'un disparu de Janacek, Noces et Renard de Stravinsky avec les ensembles Musica 13 , Les percussions de Strasbourg, et TM+, ou encore Micromégas de Paul Méfano avec 2E2M (enregistré au studio de Radio France et sorti en CD).

 

Privilégiant la création, il est l’interlocuteur de nombreux compositeurs parmi lesquels François Bou, Laurent Petitgirard, Betsy Jolas, André Serre-Milan, Pierre Thilloy, Olivier Penard, Denis Chouillet, Tom Johnson, Vincent Bouchot, Oscar Strasnoy, Suzanne Giraud, et Patrice Burgand qui trouvent en lui un interprète inventif, musicien et polymorphe.

 

Il se produit également régulièrement dans des récitals de mélodie française, notamment à la Bibliothèque nationale et à l’Académie Francis-Poulenc. Très engagé dans l’exploration du répertoire, il est conseiller artistique auprès de la maison de disques Maguelone, pour laquelle il participe à de nombreux enregistrements qui permettent de redécouvrir Sylvio Lazzari, Daniel Lesur, André Jolivet, Louis Aubert, et Ambroise Thomas. Il est également conseiller artistique, auprès de la Péniche opéra et du festival Musica Nigella.

×
Christophe Crapez | Ténor

Christophe Crapez | Ténor

Caroline Dubost | Pianiste

 

Caroline Dubost a commencé le piano à 7 ans, elle obtient sa Médaille d’or de piano au CNR d’Aubervillier-La Courneuve en 1995 avant de poursuivre ses études à l’Ecole Normale de Musique de Paris où elle obtient le Diplôme Supérieur de Concertiste à l’unanimité, et se perfectionne auprès de maîtres, tels que Paul Badura-Skoda, Dominique Merlet, Monique Deschaussées, Vera Gornostaeva et Jean Marc Luisada.

 

Au fil de ces concerts, elle se découvre une passion pour le répertoire lyrique.

Elle integre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 2002; elle y obtiendra successivement son Prix d’accompagnement vocal dams la classe d’Anne Grappotte, son Prix de direction de chant dans la classe d’Erika Guiomar, ainsi que son Prix de musique de chambre dans la classe de Daria Hovora.

 

Depuis, elle se consacre aux récitals avec chanteurs et à la direction de chant sur des productions lyriques: Grande Duchesse de Gérolstein d’Offenbach et Carmen de Bizet

à Paris ainsi qu’au au Festival Pierres Lyriques, sous la direction de Samuel Jean.

En Avril 2008, elle est engagée comme chef de chant sur la Clémence de Titus de Mozart, sous la direction de Jérémie Rhorer, et à l’été 2008 elle joue au Festival d’Avignon avec la Compagnie Ultima Chamada pour la pièce Inconnu à cette adresse, puis avec cette même compagnie RUS3IE en résidence au Théâtre de Fontainebleau.

Depuis 2009 elle poursuit son travail de chef de chant à l'Opéra de Rouen sur différentes productions Gloria et Magnificat de Vivaldi, Don Giovanni de Mozart, Véronique de Messager…)

 

Depuis 2010 elle travaille également pour la compagnie de la Péniche Opéra dont elle accompagne les Lundi de la Contemporaine sous la direction artistique de Mireille Larroche et Suzanne Giraud, mais aussi Rita ou le mari battu de Donizetti et Elle est pas belle la vie creation de Vincent Bouchot, jouées notamment au Festival de l’Orangerie de Sceaux et à l’Espace Cardin à Paris. Elle est également chef de chant sur la création du Chantier Woyzeck d’Aurélien Dumont.

 

Elle a travaillé comme accompagnatrice à l’Orchestre de Paris, à l'académie Palais Royal dirigée par J.P.Sarcos et accompagne actuellement au CNSM de Paris les classes de guitare de Roland Dyens et Olivier Chassin. Titulaire du CNFPT, elle enseigne le piano au Conservatoire de Noisy le Sec depuis 2006.

 

×
Caroline Dubost | Pianiste

Caroline Dubost | Pianiste

James Brandily | Scénographe

 

Très jeune, il travaille comme technicien au début de sa carriére pour le théâtre en France. Aprés un passage à NYC de deux ans, il débarque à Londres pour huit ans. Il trouve sa place au Gate Theater ( fringe theater )du quartier de notting hill, ce qui lui permet de rencontrer un grand nombre de metteurs en scéne, et d'être confronté à différent univers (Tracy Letts,Nick Ward...) il y rencontre Sarah Kane avec qui il travaille sur les deux créations qu'elle met en scène. Avec Stephen Harper, il scénographie "Occam'razor"," Break down" et commence une réflexion sur "Acte of malice". Il réalise un décor sur une installation pour Oily cart.De retour en France, il travaille avec Kassen K pour qui il met en espace" No Man No Chicken" ainsi que "Jet Lag". Il collabore sur une installation avec le collectif Arriére Boutique.

 

Il travaille avec Ludovic Lagarde comme régisseur général sur "Richard III", et il intervient comme collaborateur artistique à la scénographie sur le spectacle "Un nid pour quoi faire". A la suite de la rencontre avec Guillaume Vincent il scénographie "Le bouc", "Preparadise sorry now","The second woman" et "La nuit tombe....."

 

Actuellement, toujours avec Guillaume, il scénographie une réécriture de l'opéra "La bohème " par Frédéric Verrières qui sera joué aux Bouffes du Nord.
Membre du collectif Masquis'art, il travaille avec Valérie Antonijevitch sur "Compte à Rebours".

×
James Brandily | Scénographe

James Brandily | Scénographe

Violaine Cochard | Claveciniste

 

Née à Angers, Violaine Cochard commence l’étude du clavecin dès l’âge de 8 ans au Conservatoire de sa ville natale auprès de Françoise Marmin. L’année de son Premier Prix de clavecin (1991) est aussi celle de son entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans les classes de Kenneth Gilbert et de Christophe Rousset. Parallèlement, elle travaille avec Pierre Hantaï pendant de nombreuses années. En juin 1994, elle obtient deux Premiers Prix – basse continue et clavecin – remportés à l’unanimité. Elle se perfectionne ensuite auprès de Christophe Rousset dans le cadre du Troisième cycle du CNSM de Paris. En juin 1999, elle décroche le Premier Prix du Concours International de Clavecin de Montréal.

En trio avec l’ensemble Amarillis – dont elle est membre fondateur –, elle remporte les Premiers Prix dans plusieurs Concours prestigieux : York (juillet 1995), Fnapec (avril 1997) et Sinfonia (septembre 1997), présidé par Gustav Leonhardt.

Sa profonde connaissance de la voix et des styles fait d'elle un chef de chant très sollicité par les chanteurs eux- mêmes mais aussi par des ensembles prestigieux pour leurs productions d'opéra : citons Les Talens Lyriques, (Christophe Rousset), Le Concert d'Astrée (Emmanuelle Haïm) ou encore Les Arts Florissants (William Christie).

 

Violaine Cochard est aussi une pédagogue reconnue : elle a ainsi enseigné au Conservatoire National de Région de Montpellier pendant trois ans (1999-2002) et est régulièrement invitée à donner des master-class à Prague et à Istanbul.

Toutefois, Violaine Cochard consacre l'essentiel de son temps au récital et à la musique de chambre au sein de nombreux ensembles. Parmi ces derniers, outre Amarillis, on peut signaler les collaborations étroites avec Il Seminario Musicale et Gérard Lesne, l'Ensemble Spirale de la gambiste Marianne Müller, Gli Incogniti de la violoniste Amandine Beyer, sans oublier le brillant duo qu'elle forme avec la violoniste Stéphanie-Marie Degand.

 

Violaine Cochard donne des récitals et des concerts de musique de chambre dans de nombreux hauts lieux musicaux d'Europe : Cité de la Musique et Auditorium du Louvre à Paris, Festivals d'Ambronay, de Beaune, de Sablé, Montreux, Utrecht et Berlin, Printemps des Arts et Folles Journées de Nantes, Semaine Sainte de Pise, Université de Madrid... Elle se produit aussi en Amérique latine, au Canada, en Turquie, en Inde et au Japon.

Avec les différents ensembles avec lesquelles elle se produit, elle a enregistré une vingtaine de disques pour Opus 111, K617, Ambroisie-Naïve, Zig-Zag Territoires, Virgin Classics, Arion...

 

En solo, elle a enregistré deux disques consacrés à François Couperin ainsi qu'un récital J.S. Bach sur un clavecin historique Dulken pou le label agOgique, tous particulièrement appréciés de la critique.

Son dernier disque vient de paraître, toujours sous le label agOgique : il s'agit des toutes premières sonates du jeune Mozart et de pièces de clavecin de Jacques Duphly avec accompagnement de violon, avec Stéphanie-Marie Degand.

Parallèlement à ses activités dans le monde baroque, Violaine Cochard aime également collaborer avec des musiciens d'autres univers musicaux, comme avec le pianiste de jazz Édouard Ferlet avec lequel elle crée un duo singulier autour de J.S. Bach ainsi que le groupe de musiques actuelles Tram des Balkans avec lequel elle prépare un spectacle « ToccaTram » (création à partir de février 2014).

×
Violaine Cochard | Claveciniste

Violaine Cochard | Claveciniste

Nicolas Boyer | Pianiste

 

Nicolas Boyer se forme à l’Ecole Normale de Musique de Paris où il obtient une Licence de Concert dans la classe de Marian Ribycki, maître polonais spécialiste de Chopin.

 

Il donne de nombreux récitals en France et à l’étranger.

Son répertoire comprend de nombreux concertos qu’il interprète régulièrement avec orchestre (Bach, Mozart, Chopin, Grieg, Saint-Saëns, Rachmaninov).

 

En 2007 il crée en Touraine le Festival de Musique du Dôme de Richelieu, festival qu’il dirige avec succès, et dont l’importance croît avec la confiance que lui font les plus grands artistes qui y reviennent régulièrement : Jordi Savall, François-René Duchâble, Michael Lonsdale, Marie-Christine Barrault ...

×
Nicolas Boyer | Pianiste

Nicolas Boyer | Pianiste